Archives de catégorie : Économie & Consommation

Déchets et des hommes

Une conférence de Tifen DUCHARNE

Essayez de traverser un vide grenier enceinte et de vous renseigner sur les objets dont vous avez besoin pour accueillir un bébé… et vous basculerez dans le monde incroyable des objets qui nous entourent : pourquoi on les crée, pourquoi on les aime, pourquoi on les jette… D’ici à penser qu’on crée des marchés sans penser à l’utilité des objets, mais juste en mettant en place un système hyper lucratif pour un minimum de gens, en exploitant le travail d’un maximum d’humains et les ressources de la planète…

Des riches qui créent des déchets, des pauvres qui les gèrent, et moi et moi et moi… L’ère de l’être humain est finalement celle des déchets, poubellocène propose Baptiste Monsaingeon. C’est celle aussi de la « ruée vers l’ordure » de Jérémie Cavé, car si les ressources se raréfient à vitesse grand V, les multinationales savent bien que dans les gisements de déchets, il y a de quoi faire encore de l’argent.

Une aventure qui ne laisse pas indemne, moi qui ai créé une recyclerie, je trouve aussi dans la récup de l’intelligence, de la malice, des solutions et hop ! Tout n’est pas perdu !

Vous trouverez dans cette plaquette les infos sur cette conférence gesticulée, n’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’en savoir plus !

 

La structure psychique du capitalisme

Une conférence de Stéphane YVES

Comment le capitalisme conditionne notre façon d’être ? Stéphane Yves, psychologue, sera accompagné d’invités aussi émérites qu’originaux pour élucider cette question : Myrtille, une abeille spécialisée dans le fonctionnement de l’être social, Toufou, un écureuil expert dans la finance, Max un ver de terre activiste écologiste, et enfin, Pignouf, un penseur de haut niveau…

.

L’Économie sociale et solitaire

Une conférence d’Irena HAVLICEK

 » Margaret Thatcher a menti : il y a une alternative. C’est l’économie sociale et solidaire. En tout cas moi, j’y ai cru. A mort. Et puis, chemin faisant, j’ai vu que ce n’était pas gagné… Car le capitalisme est déjà sur le coup. Et sous couvert de social et de solidarité, on veut nous faire gober de drôles de trucs.  » Continuer la lecture de L’Économie sociale et solitaire

Travail libre, revenus de base et autres rêvolutions (TERMINÉE)

panneau-conf-gest-alem-alquier-2014

Cette conférence gesticulée, c’est des récits de (ma) vie, un débat mouvant, des théories plus ou moins révolutionnaires, des chansons, des jeux & acrobaties, un sketche en direct live et puis des surprises parce qu’on ne sait jamais à l’avance ce qui va se passer dans une conf … Souvent on rit, des fois on pleure !

Continuer la lecture de Travail libre, revenus de base et autres rêvolutions (TERMINÉE)

Sais-tu pour qui tu achètes ?

Une conférence de Philippe RUFFIN

SAIS-TU POURQUOI TU ACHÈTES ?

Je consomme, tu consommes, il, elle, nous consommons, souvent n’importe quoi et n’importe comment. Car on nous affirme que c’est là que se trouve la solution de tout : l’Emploi, le Confort, la Liberté, le Bonheur !!!

Moi, je vends. Je suis commerçant, et depuis presque 40 ans la vente est mon quotidien. Cela m’a amené à considérer les objets qui nous entourent d’une autre façon, en les considérant en fonction de leurs valeurs car ils en ont plusieurs.

Et quelles sont‐elles ces valeurs ? Quel est leur rôle dans notre vie ? Le commerce, aujourd’hui, les docteurs de la loi, qui nous inculquent l’obligation de consommer, qu’en font-ils de ces valeurs ? Que font-ils de ces objets eux-mêmes pour nous les vendre ? Et comment le vivent ceux qui comme moi ont fait de la vente leur métier ?

Ce n’est pas à un cours d’économie auquel je vous convie, non ! Plutôt à l’évocation de tranches de vie, d’histoire aussi, d’émotion et de rire, du moins j’espère, qui nous amènerons à comprendre tout cela, une conférence gesticulée quoi.

2 durées : 1h15 et 2h00 selon disponibilité.

 

On est là ! Services publics et territoires ruraux, ils nous effaceront pas de la photo…

Une conférence gesticulée de Christophe Bex

Après des décennies de dénonciation du poids de l’État-providence, de promotion de l’économie de marché, de dérégulation et de disparition progressive du secteur public au profit du privé… après cette thérapie choc que sont devenus les gens, les organisations, les territoires….

Enfile tes chaussures pour suivre ce road trip choc en partant de la plus profonde des campagnes en passant par la destruction d’un service public emblématique vers la lumière de la résistance.

On est là ! Services publics et territoires ruraux, ils nous effaceront pas de la photo…
Jojo nous livre son fil de vie, de sa Meuse natale à la Poste à Paris, de la fac à Toulouse au retour dans la Meuse… La vie des invisibles, des petits commerçants, artisans, des paysans, des ouvriers et des services publics qui disparaissent, des territoires ruraux vendus au plus offrant, marchand de canon, marchand de pesticide…
un fil de vie tout en musiques, ambiances, rires, nostalgie et combat !

Libérééé, délivrééé on ne m’emploira p’têt bien plus jamééé!

Affiche par Lucy Nuzit

Et qu’est-ce que tu veux faire quand tu sera grand?
Tout petit déjà, on a essayé de me faire comprendre qu’il fallait AB-SO-LU-MENT avoir un projet professionnel. Apparemment je suis pas le seul et pourtant…
Je peux pas m’empêcher de penser que 5 ans ça fait tôt pour se projeter dans la perspective du marché du travail. C’est pourquoi je me sers de cette conférence gesticulée pour reprendre la réflexion sur le travail, la production, son organisation capitaliste et les alternatives réelles ou supposées que j’ai pu rencontrer ainsi que quelques légers apports théoriques.

Une conférence gesticulée de Paul Bourgeois

De la fourche à la fourchette… Non ! L’inverse !!

Pour une sécurité sociale alimentaire

Par Mathieu Dalmais

Alors que les désastres écologiques, économiques et sociaux d’une agriculture industrielle ne sont plus à démontrer, les initiatives pour produire, transformer et consommer autrement fleurissent, des plus intéressantes aux plus détestables. Les tenants de l’agriculture industrielle argumentent qu’elle est nécessaire pour nourrir les pauvres, et se réjouissent d’une dualisation des modèles agricoles et alimentaires qui ne la remet pas en cause et dont ils espèrent bien tirer profit. L’aide alimentaire, empêchant les plus démunis de mourir de faim, est construite comme un soutien financier et idéologique à l’agriculture industrielle, privant ainsi du droit à l’alimentation – bien différent du droit à être nourri – 5,5 millions de personnes en France. Il devient primordial de penser comment généraliser l’accès de tous et toutes à une alimentation de qualité et choisie, sans quoi toute transformation du monde agricole est impossible, sans quoi toute agriculture paysanne n’a d’avenir que dans la marginalité ou la récupération.

Le choix de ce que l’on mange est primordial pour assurer la dignité de tous et toutes. Le choix n’est pas qu’un mécanisme individuel parmi des produits proposés, quand bien même le critère économique ne serait plus un frein : le véritable choix est de pouvoir choisir ce qu’il y a dans les rayons, quelles sont leurs conditions de production, quels critères économiques, sociaux et environnementaux ils respectent. A la notion de souveraineté alimentaire – décrite ainsi lors de la déclaration de Nyéleni en 2007 « droit des peuples à une alimentation [suffisante] saine et culturellement appropriée produite avec des méthodes durables, et le droit des peuples de définir leurs propres systèmes agricoles et alimentaires » – on préférera alors celle de démocratie alimentaire, pour insister sur l’importance du processus démocratique dans l’élaboration de la souveraineté pour respecter le droit à l’alimentation de tous et toutes.

Et si l’on exerçait la démocratie alimentaire grâce à une sécurité sociale alimentaire ? Au delà du constat, cette conférence permet également de présenter le travail de l’association « Agricultures et Souveraineté Alimentaire » d’Ingénieur Sans Frontière sur le projet de sécurité sociale alimentaire. Aidé par différents réseaux et notamment réseau salariat pour la compréhension des mécanismes de la sécurité sociale, déjà-là exceptionnel pour penser la notion de démocratisation d’un secteur économique, ce projet propose d’étendre le principe de cotisation pour couvrir l’accès de tous et toutes à une alimentation de qualité, choisie à la fois individuellement et collectivement par un fonctionnement démocratique. Un hommage à l’un des fondamentaux de l’égalité en France, qui ne demande rien de mieux pour être protégé que d’être étendu à d’autres secteurs !

Finalisée début 2019, cette conférence permet de présenter ces constats et réflexions en suivant le parcours de Mathieu, agronome militant, qui revient avec une seconde conférence gesticulée sur sa rencontre avec le sujet de l’alimentation au sein de la Confédération paysanne et des enjeux à partager avec tous et toutes.

Si vous voulez en savoir plus et suivre le projet, vous pouvez vous inscrire ici à la newsletter !

les autruches vont elles sauver le climat ?

Une conférence de Arnaud ESSERTEL

Une conférence gesticulée sur les changements climatiques et les autruches…

Les autruches c’est eux, c’est vous, c’est nous…c’est moi ?

Le réchauffement climatique est bel et bien là, ici et maintenant, comme 2 et 2 font 4.

Pourquoi les autruches n’ont pas bougé malgré les multiples alertes ?

Comme beaucoup je me demande qui sont les autruches et comment les faire bouger,

Je voudrai partager ici mon engagement, mon militantisme, mes interrogations et recherches autour des différentes manières de résister, agir et construire une société post-capitaliste.

Comme dirai Gilles Deleuze « Résister c’est créer »…

Je pars de l’état actuel du climat et des choix politiques pour arriver à la nécessité de résistance, en passant par mon militantisme et activisme au niveau de la justice climatique.

Pour dé-dramatiser sur la situation, j’utilise le syndrôme de l’autruche et la super autruche, celle qui a décidé de se sortir la tête du sol et de s’allier avec d’autres super autruches pour changer le système et pas le climat.

Comme une conférence gesticulée c’est politique, je passe par la croissance économique, les conférences des parties sur les changements climatiques (les fameuses COPs), la désobéissance civile non violente, et la Zad de NDDL, pour arriver à ma nécessité de résister, agir et construire une société post capitaliste.

Et au milieu de tout ça je vous raconterais quelques histoires personnelles en me baladant avec mon VTT sur les diverses courbes exponentielles qui me pourrissent la vie.

Cette conf’, c’est pour qui ?

Pour celles et ceux qui essaient d’agir, ou qui auraient envie et ne savent pas comment faire.

Pour celles et ceux qui ont le sentiment de ne pas ou de ne plus pouvoir agir. Parce que ça fait 40 ans qu’on parle de sauver le climat et que ça n’a jamais fait bouger les courbes. 

Pour celles et ceux qui souhaitent prendre plaisir à nourrir leur regard critique, tout simplement.

les derniers rendez vous:

  • 17 octobre: Planèzes (66) 19h30
  • 18 octobre: Saint Paul de Fenouillet (66) 18h30

et les prochains en Bretagne

  • 3 novembre: Rennes dans le cadre des rencontres ESS, couvent des jacobins, centre des congrès  à 16h
  • 6 novembre: le champs commun (café l’estaminet) Augan (56) 19h30
  • 8 novembre: Café l’audomarois St omer de blain (44) 21h
  • 17 novembre: café kikafekoi Langueux (22) 17h
  • 23 novembre: café de la forge Guillac (56) 20h30

Salauds de pauvres !

Conférence gesticulée réalisée par Cécile

« Durant mon année de CM1 j’ai vécu deux événements marquants : j’ai découvert « Alice aux Pays des Merveilles » et j’ai attrapé des poux…
Aujourd’hui, devenue assistante sociale, je m’interroge sur la stigmatisation de la pauvreté ; de ses tenants et aboutissants au sein de notre système dominé par le modèle capitaliste.
Pour ce faire, je vais de nouveau suivre Alice dans ses aventures.
Prêts à sauter dans le terrier ?

 

 

« Et Toi, T’as fait la Thailande ? »

Conférence gesticulée réalisée par Cécile LAURANS sur le Voyage.

De nos élans romantiques d’arpenter le monde à notre atterrissage dans un petit train touristique, qu’a-t-il bien pu se passer ?

Comment nos rêves de rencontres, de découvertes et d’aventures se sont-ils transformé en circuits guidés à travers des boutiques de souvenirs « made in China » ?

Est il encore possible de voyager ?

A travers musique, images, poésie et textes d’auteurs, je reviens sur mes expériences de voyageuse, d’ethnologue, de musicienne et de touriste malgré moi.

Cette conférence vient questionner la mobilité internationale, devenue norme sociale et l’impact du tourisme de masse.

Bruce Chatwin = « En devenant humain, l’homme a acquis, en même temps que la station debout et la marche à grandes enjambées, une pulsion ou instinct migrateur qui le pousse à marcher sur de longues distances d’une saison à l’autre. Cette pulsion est inséparable de son système nerveux et, lorsqu’elle est réprimée par les conditions de la sédentarité, elle trouve des échappatoires dans la violence, la cupidité, la recherche du statut social ou l’obsession de la nouveauté ; ceci explique pourquoi les sociétés mobiles comme les tsiganes sont égalitaires, affranchies des choses, résistantes aux changements et aussi pourquoi, afin de rétablir l’harmonie de l’état originel, tous les grands maîtres spirituels : Bouddha, Lao Tseu, St François ont placé le pèlerinage au cœur de leur message et demandé à leur disciples littéralement de suivre le chemin. »

1h30 – TOUT PUBLIC A PARTIR DE 12 ANS