Baptiste Veroone

Thématique(s)

En bref

  • Durée : 1h30
  • Publics : Tous publics. Intéressés par problématiques de l'excellence, de la performance, du burn-out, du perfectionnisme, de la recherche académique, de la compétition...
  • Création : 2024

Mots-Clés

Doctorat, Recherche, Sciences humaines, Thèse, Université

Gesticulant.e

  • Localisation : 1190, Bruxelles
  • Formation : L'Étincelle

==> Contacter Baptiste Veroone

==> Découvrir Baptiste Veroone

Pourquoi je n'ai plus foi dans la recherche académique

Se lancer dans la réalisation d’une thèse de doctorat en sciences humaines : quel défi ! Alors que la santé mentale des doctorant·es est alarmante et que les différentes violences qu’ils·elles subissent sont bien documentées, je raconte sous forme d’enquête et avec humour comment j’ai cherché à endosser l’étoffe d’un « vrai » chercheur au détriment de ma santé lors de ma thèse.

Etais-je trop perfectionniste ? Pris dans l’engrenage d’une quête d’Excellence ? Adepte de l’évaluation et de la compétition ? Ou serait-ce plutôt le milieu de la recherche qui est malade et qui nous incite désormais à être individualistes, productif·ves, viril·es, et de souffrir en silence ? Mmm…

Bien que la lutte pour une autre science soit possible, et même en cours, j’ai pour ma part perdu la foi dans la recherche académique…
(mais je l’ai retrouvé ailleurs :-p !).

Plus précisément: je tresse entre différentes expériences personnelles en rapport avec l’école, le sport, les jobs étudiant, et mon vécu de jeune thésard perfectionniste. Je me déguise, passe des musiques, des sons de youtubeur ; j’emploie l’humour, l’authenticité, et l’indignation. Je passe de l’auto-flagellation à la colère sur un système. J’emmène le public dans une enquête tout autant sociétal que personnelle à l’aide de livres de sociologie et de philosophie pour déconstruire le récit du dépassement de soi et de la performance que nous vantent les chantres du développement personnel mais qui peut alimenter des logiques individualistes toxiques. J’invite enfin au « refus de parvenir » (à l’excellence individuelle) de l’écoféministe Corinne Morel Darleux et également à ce qu’elle appelle la « dignité du présent » en promouvant la désexcellence (collective) à tous les niveaux.

 

[/audio]