Olivier - Chômeurs en miette

Chômeurs en miettes

Une conférence d’ Olivier
« une histoire bien sournoise »

LE SAVIEZ-VOUS ?   en 2016, 570.000 radiations ont été prononcées contre des chômeurs inscrits au Pôle emploi. En 2017, 592.000 radiations

Soit 10 % du nombre total de personnes inscrites, toutes catégories confondues. Au sens premier, une population décimée.

La conférence gesticulée « chômeurs en miettes » a pour but de vous parler de la condition de chômeur, dans ses relations avec les institutions du chômage. Pas un mot d’économie, pas de solution autre que radicale,quoique  législative. Mais on explore le fondement du fonctionnement : la tentative affirmée de soumettre les chômeurs à la volonté des employeurs. Cela dure depuis 1904, sans interruption.

 

Soumission par l’assurance-chômage, par l’offre d’emploi, par le pouvoir de radiation, et depuis 25 ans, par la dictature du chiffre sur le service public.

Le sujet est polémique, afin de susciter un débat vif, si possible.
La gesticulation est provoquée par une alternance de situations vécues au Pôle emploi, et d’explications historiques, focalisées sur 2 articles du code du travail, et parsemées de très courts extraits d’essais.

Olivier Hagel
Olivier

Livres et article, auteurs et autrice utilisés ou cités (par ordre d’apparition) :

  • « invention du chômage et politiques sociales au début du siècle »
    TOPALOV Christian, revue Les temps modernes, 1987, n°496/497
  • L’acteur et le système, CROZIER Michel et FRIEDBERG Erhard, 1977, Seuil
  • L’emprise de l’organisation, Collectif PAGES Max, 1998, Desclée de Brouwer
  • Le culte de la performance, EHRENBERG Alain, 1991, Calmann-Lévy
  • Soumission à l’autorité, MILGRAM Stanley, 1974, Calmann-Lévy
  • Est-ce ainsi que les hommes vivent ? HALMOS Claude, 2014, Fayard
  • Code du travail : articles L.5422-1 et L.5412-1

Voici la chanson des mineurs américains : Which side are you on ?  de la mine de Mr John Blair, canton d’Harlan, Kentucky

musique et paroles américaines sur tout moteur de recherche
paroles françaises, les miennes : Dans quel camp tu es ?

« Approchez-vous, les mineurs, j’ai des choses à vous dire
comment not’ bon vieux syndicat. a résisté au pire

refrain : dans quel camp tu es ? De quel coté ?   [bis]

Mon père qui était mineur, m’a fait jurer un jour
« je serai au syndicat, jusqu’à ce qu’on gagne toujours »

On dit dans la ville d’Harlan, qu’ personne ne peut se taire
tu es dans le camp des mineurs, ou vendu à John Blair

Vous restez là sans bouger, mais comment pouvez-vous ?
êtes-vous un de ces mouchards, ou êtes-vous avec nous ?

Ne te vends pas aux patrons,, n’écoute pas leurs sottises !
Nous, pauvres diables, notre seule chance, c’est qu’on s’organise »

Par manque de temps pendant la conférence, je n’aborde pas (mais je n’en pense pas moins) :

  • la soumission par le langage institutionnel Pôle emploi utiliséles origines
  • du contrôle interne (OMC, Europe et libre-échange des services)
  • la disparition de l’usager, remplacé par le soi-disant « client »

A propos de la conférence