Archives de catégorie : Luttes & Militantisme

J’aurais dû m’appeler Aïcha

J’aurais dû m’appeler Aïcha 
(ou l’identité française en question)

Une conférence gesticulée de : Nadège N.
 

Un mois avant ma naissance, la mère de mon père décède. La tradition veut que la première fille née après ce décès hérite du prénom de la défunte. Ma grand-mère s’appelait Aïcha, elle était Algérienne. Pourtant, je m’appelle Nadège.

Trois quart Algérienne, un quart Française. Algérienne de sang, Française de sol. Pas tout à fait Française, pas vraiment Algérienne. Pour les descendants d’Algérien.nes, il y a comme une zone blanche : une histoire coloniale mise sous silence, une guerre faite « d’événements », des représentations racistes et des inégalités qui perdurent. Intégrée par l’école républicaine, bercée par le mythe national, j’ai joué le jeu de l’intégration. En m’assimilant, j’ai refoulé une partie de mon héritage. Je fais aujourd’hui marche arrière en prenant bien soin de ramasser un à un tous les indices et reformer le puzzle de mon histoire, de notre histoire pour mieux la déconstruire.

Alors que les débats identitaires grondent en France et qu’il y a comme une injonction à choisir son camp, comment s’émanciper d’identités qu’on voudrait nous imposer et trouver sa propre voie ?
Nadège N.

On est là ! Services publics et territoires ruraux, ils nous effaceront pas de la photo…

Une conférence gesticulée de Christophe Bex

Après des décennies de dénonciation du poids de l’État-providence, de promotion de l’économie de marché, de dérégulation et de disparition progressive du secteur public au profit du privé… après cette thérapie choc que sont devenus les gens, les organisations, les territoires….

Enfile tes chaussures pour suivre ce road trip choc en partant de la plus profonde des campagnes en passant par la destruction d’un service public emblématique vers la lumière de la résistance.

On est là ! Services publics et territoires ruraux, ils nous effaceront pas de la photo…
Jojo nous livre son fil de vie, de sa Meuse natale à la Poste à Paris, de la fac à Toulouse au retour dans la Meuse… La vie des invisibles, des petits commerçants, artisans, des paysans, des ouvriers et des services publics qui disparaissent, des territoires ruraux vendus au plus offrant, marchand de canon, marchand de pesticide…
un fil de vie tout en musiques, ambiances, rires, nostalgie et combat !

J’avais pas vu le coup venir

Une conférence gesticulée de Sophie Assante

CONFERENCE GESTICULEE AUTOUR DES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Au fil des émotions et en chansons, faisons un état des lieux  des violences faites aux femmes, notamment les violences conjugales…
Ouvrons nos oreilles et nos yeux face à ces délits trop répandus et pas assez reconnus.

DUREE 1h10

CREATION JUIN 2019

TOUT PUBLIC A PARTIR DE 16 ANS

 

 

 

Moi, Français-Juif-Arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme

Une conférence de Michel BENIZRI

Depuis longtemps, puisque je suis né juif, mes amis me demandent « Toi qui connais Israël, explique moi comment ça va mal, là-bas! »
Pour tenter d’y répondre je propose de défaire l’écheveau en partageant un bon thé à la menthe.
L’histoire d’Israël et de la Palestine serait-elle indépendante de la nôtre ?
– Je ne le crois pas.
Serait-elle dépendante des luttes de pouvoir, de propriété, des guerres, de la pensée dominante colonialiste, raciste et nationaliste depuis le 19ieme siècle sur le continent européen  ?
– Oui, je le crois.
L’Histoire, avec un grand H, comme toute les histoires, contiendrait-elle une part de fiction et une part de merveilleux au service d’un roman national ou familial, au service des religions, au service des ambitions politiques ?
– Oui, je le crois aussi.
C’est pourquoi sur ces sujets les pinceaux de la raison s’entremêlent.
L’ambition est justement que nous confondions fiction et réel par le biais des histoires, toutes les histoires, qu’on nous raconte et qui nous fabriquent. Nous sommes la seule espèce à fabriquer des histoires et à y croire dur comme fer.
Soyons clairs, de quoi ou de qui parlons nous ? Et au fond, que croyons nous savoir réellement de ce qui se passe en Israël ou en Palestine ?
– Chaque camp croit à une autre version de la même histoire. Chaque camp considère que le conflit est entièrement de la faute de l’autre et attend des excuses.
Tout le monde se fait avoir dans cette histoire, mais certains plus que d’autres….
Parlons de la peur de « l’autre »! Sortons de cette vision du monde 19ieme siècle qui perdure  : Colonialisme, Nationalisme et Capitalisme, trois arbres habilement cachés dans la forêt…
« Moi, Français-Juif-Arabe, Comment j’ai démissionné du sionisme » est une parole d’émancipation et de réconciliation qui traverse mon histoire personnelle, mon récit familial, le récit national français et le récit sioniste.
Au bout du compte, ou du conte, c’est encore plus compliqué qu’on voudrait bien le croire…

Héritage(s) au pays de l’éducation populaire : Que reste-t-il de nos colos?

Une conférence gesticulée de Alice Trolet

Dans cette conférence gesticulée, je vous parle d’Héritage-S : familial, politique, collectif ou imaginaire… des valeurs humanistes de ma mère et de ma grand-mère, de mon contexte personnel aussi, qui m’ont amenée, pas à pas, sur le chemin des colonie de vacances…

Et puis, je vous parle d’Alice… et de mon pays des merveilles à moi : l’éducation populaire !!! C’est en retraversant le conte de Lewis Caroll, que je vous ra-conte ma propre aventure dans ce champ professionnel si particulier qu’est l’animation socioculturelle.

Aussi, je questionne dans cette conférence, l’éducation populaire et son évolution, qui  portent selon moi – pour chacun et chacune d’entre nous – un imaginaire bien particulier : héritage de notre vécu, de nos perceptions et de nos utopies personnelles sans doutes…

Entre histoire, théâtre et politique : Que reste-t-il de nos colos ? après plus de 150 ans d’Histoire républicaine… et libérale !

Parce que mon expérience au sein d’une fédération nationale d’éducation populaire m’a permis de comprendre qu’elle ne se situe pas – ou plus ?! – là où l’on nous dit qu’elle est !…

Je cherche ici, à soulever les lièvres – ou les lapins blancs !!! – qui nous font miroiter des valeurs démocratiques et d’émancipations alors que le rôle de ces associations a profondément changé depuis leurs créations…

Malgré des peurs, des doutes et quelques moments de solitude, je vous livre donc mon analyse sur les pratiques internes d’une structure – une institution – qui  joue sur nos espoirs et utopies pour mieux nous manipuler et nous diviser…

Pour autant, l’éducation populaire reste selon moi un outil d’émancipation incontestable, et c’est à nous de nous le réapproprier et en faire ce que nous souhaitons…

les autruches vont elles sauver le climat ?

Une conférence de Arnaud ESSERTEL

Une conférence gesticulée sur les changements climatiques et les autruches…

Les autruches c’est eux, c’est vous, c’est nous…c’est moi ?

Le réchauffement climatique est bel et bien là, ici et maintenant, comme 2 et 2 font 4.

Pourquoi les autruches n’ont pas bougé malgré les multiples alertes ?

Comme beaucoup je me demande qui sont les autruches et comment les faire bouger,

Je voudrai partager ici mon engagement, mon militantisme, mes interrogations et recherches autour des différentes manières de résister, agir et construire une société post-capitaliste.

Comme dirai Gilles Deleuze « Résister c’est créer »…

Je pars de l’état actuel du climat et des choix politiques pour arriver à la nécessité de résistance, en passant par mon militantisme et activisme au niveau de la justice climatique.

Pour dé-dramatiser sur la situation, j’utilise le syndrôme de l’autruche et la super autruche, celle qui a décidé de se sortir la tête du sol et de s’allier avec d’autres super autruches pour changer le système et pas le climat.

Comme une conférence gesticulée c’est politique, je passe par la croissance économique, les conférences des parties sur les changements climatiques (les fameuses COPs), la désobéissance civile non violente, et la Zad de NDDL, pour arriver à ma nécessité de résister, agir et construire une société post capitaliste.

Et au milieu de tout ça je vous raconterais quelques histoires personnelles en me baladant avec mon VTT sur les diverses courbes exponentielles qui me pourrissent la vie.

Cette conf’, c’est pour qui ?

Pour celles et ceux qui essaient d’agir, ou qui auraient envie et ne savent pas comment faire.

Pour celles et ceux qui ont le sentiment de ne pas ou de ne plus pouvoir agir. Parce que ça fait 40 ans qu’on parle de sauver le climat et que ça n’a jamais fait bouger les courbes. 

Pour celles et ceux qui souhaitent prendre plaisir à nourrir leur regard critique, tout simplement.

les derniers rendez vous:

  • 3 novembre: Rennes dans le cadre des rencontres ESS, couvent des jacobins, centre des congrès  à 16h
  • 6 novembre: le champs commun (café l’estaminet) Augan (56) 19h30
  • 8 novembre: Café l’audomarois St omer de blain (44) 21h
  • 17 novembre: café kikafekoi Langueux (22) 17h
  • 23 novembre: café de la forge Guillac (56) 20h30

et les prochains

  • 15 février: Castanet Tolosan(31) à 19hSalle du Lac, bd de campagnols – 31320 Castanet Tolosan
  • 19 au 23 février: 2 à 3 représentations dans les pyrénnées orientales

Déconne pas Manu

Conférence gesticulée réalisée par Renaud NAPOLEON

Titre : Déconne pas Manu

Sous-titre : Pourquoi les jeunes sont la caution nécessaire d’un système qui déraille ?

Synopsis : Les jeunes et les hobbits même combat, sous prétexte d’un voyage initiatique on se sert d’eux pour essayer d’administrer une cure de jouvence à un monde immobile et vieillissant. Heureusement ils peuvent trouver les armes pour les retourner contre les saigneurs des agneaux.

Mais encore : En utilisant des personnages et des scènes de l’ouvrage de Tolkien « le seigneur des anneaux » cette conférence  va mettre en évidence la façon dont les adultes en général instrumentalisent les jeunes. En effet, ayant longtemps été la caution jeune d’une fédération populaire, qui par ailleurs prône la participation des enfants et des jeunes, je peux aujourd’hui dire qu’on me faisait croire que j’étais « Aragorn » (le roi des humains) alors que je n’étais et suis toujours qu’un « hobbit » (créature fragile et manipulée). Heureusement mon parcours à mis en lumière quelques armes, quelques méthodes et outils de l’éducation populaire que je compte donner au plus grand nombre.

« Nos ancêtres les Gaulois…  » – Une histoire de la domination

Conférence gesticulée réalisée par Sylvain


Sylvain, à travers l’histoire de son père venu du Liban et de son accueil par la France, nous invite à nous interroger sur la grande histoire du Roman National, ainsi que son influence sur nos vies et les rapports de domination du passé et du présent. Le tout agrémenté de vrais morceaux de Dalida, d’accent et de taboulé. Liste non-exhaustive.

 

 

«Retour Vers Le NoFutur»

Une conférence gesticulée de et par Job
Proposée par l’association Catalyse www.asso-catalyse.fr

Retrouver la puissance d’agir dans un monde malade

Continuer la lecture de «Retour Vers Le NoFutur»

Itinéraire d’une sale gosse – de l’enfance inadaptée à la pédagogie sociale

Conférence gesticulée réalisée par Mélody Dababi
L’éducation en tant qu’adaptation à la norme sociale fait de l’enfance la matrice des discriminations à partir de laquelle s’acquièrent, se reproduisent et se superposent les schémas de domination qui structurent notre société.
En faisant vibrer son vécu et son expérience en résonance avec les apports philosophiques de grands pédagogues, Mélody déploie sur scène une démonstration de pédagogie sociale sur un grouve enragé. Une conférence pour penser les blessures de l’enfance et interroger la place des enfants dans notre société.

Contenus abordés :
– Bases pratiques et théoriques de la Pédagogie Sociale
– Comprendre les différents types de pédagogie :
traditionnelle – nouvelle – sociale
– L’héritage des grands pédagogues sociaux  :
Freinet – Korczak – Freire
– Pratiques et postures du pédagogue social à partir d’exemples de pratiques
– Âgisme
– Des pistes concrètes pour avancer!

Après le spectacle possibilité d’ échanges avec le public
et de répondre aux différentes questions liées au contenus abordés.

Une table presse est proposé pour poursuivre les échanges.

Le plan de mon père ou l’histoire d’une ascension sociale ratée… Quoique !

D’échec scolaire en petit job alimentaire, de locataire à propriétaire précaire, je me suis toujours retrouvé à la place du dominé sans jamais vraiment m’en rendre compte, voir pire …en tendant le bâton pour me faire battre.

Pourtant cela n’aurait jamais dû arriver!

Non! Car mon père avait un plan. Une stratégie pour nous faire évoluer dans la société et gravir les échelons un à un.

Etudes, emploi, achat immobilier, sacrifices. Mon père a tout fait pour évoluer. Tout cela dans un but : me faire prendre le relais en profitant du meilleur ascenseur sociale existant : l’école.

Mon père a réalisé son plan et pensait bien me voir réussir…

Alors je suis bien rentré dans l’ascenseur social, mais j’en suis ressorti au même étage avec la mention : échec scolaire. Mon ascension s’est arrêté là.  Mais est ce vraiment de ma faute? un peu sûrement…Quoique! il y a d’autres responsables.

Cela je l’ai compris grâce aux sports de combat. La boxe….et la sociologie, car oui! la sociologie est un sport de combat. Elle m’a permis de comprendre ma condition de dominé et ses mécanismes. Elle m’a même permis de comprendre pourquoi le plan de mon père n’a pas fonctionné.

Alors cette conférence parle de mon père, de moi, de sociologie et de boxe. Mais elle parle surtout d’inégalités, de mécanismes de domination, de catégories de poids, d’habitus, de capitaux, de coupe de France…et d’un certain Pierre Bourdieu.

Conférence gesticulée réalisée par William Laloyer

Au delà de cette limite ton pass n’est plus valable

Conférence gesticulée réalisée par  Thierry GRUDÉ

Au delà de cette limite, ton pass n’est plus valable …

Regards croisés sur les migrations et l’exil

Et si on s’essayait à déconstruire ces rapports de dominations, de peurs qui conduisent à rejeter l’autre, l’étranger, l’exilé, hors de notre vue, hors de nos frontières, en toute inhumanité, parce que, bien sûr, on ne peut pas accueillir toute la misère du monde, n’est-ce pas ?

A travers l’histoire de l’évolution de ma vision du Monde, de ma représentation de l’Autre, la Conférence propose, sur ce sujet des migrations, de déconstruire quelques visions simplistes et ethnocentrées.

Nous réfléchirons ensemble aux éléments de langage et à nos représentations fantasmées,  propices aux discours manipulatoires, à la mise en œuvre, ici et ailleurs, de politiques iniques et inhumaines qui confondent crises migratoires et crises de l’accueil.

Face à cette situation, des individus, des collectifs, des associations s’engagent et agissent …

Au cours de cette conférence seront notamment convoqués : François Héran, Vincent Cespedes, Alice Mesnard, Primo Levi, Edgard Morin, Michel Rocard et quelques Politiques d’hier et d’aujourd’hui.

Avec la participation également de Pierre Desproges, René Dumont, mon prof remplaçant d’Histoire-Géo de 2nde,  mon pote Fanch et mon Père …

Fausse donne ou les chemins du pouvoir.

Conférence gesticulée réalisée par Christian et Jean-Louis COMPAGNON .

Personne ne le sait, mais leur père a failli être Président de la République. Et ça pose la question des accès au pouvoir, et ça nous invite à mesurer notre puissance d’agir ensemble.

Christian et Jean-Louis sont frères. Cinq ans les séparent. Et ce décalage de souvenirs provoque des différences d’appréciation subtiles. Issus d’un milieu très populaire, leur légitimité a été souvent mise à l’épreuve. Ils nous proposent de faire le point sur les violences sociales (symboliques ou non) auxquelles ils ont dû faire face comme leurs camarades de la même classe sociale.

Cette conférence gesticulée est rythmée par la musique que Christian et Jean-Louis pratiquent régulièrement (ils sont tous les deux musiciens) et par le jeu de tarot d’où sortent les dates et les personnages de la conférence.

C’est un parcours dans le temps, depuis les années 60, qui nous renvoie en pleine figure les ravages désastreux du capitalisme servi par l’oligarchie qui s’entretient et se perpétue au fil des gouvernements successifs, de manière éhontée.

Mais c’est aussi une invitation tonique et joyeuse à réagir, à s’emparer de notre condition de citoyen et à investir le quotidien de politique et de collectif. Pour résister, lutter, combattre.