Christophe APPRILL

Christophe APPRILL - Conférence gesticulée "Le bal contre-attaque. Pour en finir avec la Danse"

Thématique(s)

En bref

  • Durée : 1h30
  • Publics : Tous publics, professionnels de la culture, danseurs
  • Création : 2020

Mots-Clés

Capitalisme culturel, chorégraphes mandarins, danses populaires

Gesticulant.e

  • Localisation : Marseille 13001
  • Formation : L'Ardeur

==> Contacter Christophe

Les prochaines dates

    Vous souvenez-vous de votre premier baiser lors d’un slow à moitié raté ? Des râteaux ? Faire tapisserie en attendant l’élu(e) qui promettait de faire battre votre petit cœur  ? Les souvenirs de bal, ça marque un peu plus que les spectacles de danse contemporaine, non ? Je peux dire que la découverte de la rumba congolaise m’a marqué beaucoup plus durablement que celle de Mathilde Monnier (l’une des grandes dames de la création chorégraphique)… Mais alors, pourquoi autant de sacralisation de la danse des artistes ? C’est simple, l’une est pleine de concepts, et l’autre est forte de la circulation des désirs… Au bal, personne ne sort en disant : « Je n’ai rien compris ». Mais tiens tiens, que s’est-il donc passé dans les années 80 pour qu’on en arrive, même dans la danse, à regarder de haut les danses d’en bas… N’est-ce pas justement le moment où le néolibéralisme s’apprêtait à devenir la norme de nos vies ?

    Danseur de bal, j’ai a eu la drôle d’idée, en tant que sociologue, de m’intéresser aux bals des gens de peu. Vous imaginez le ridicule de la situation lorsque dans une soirée mondaine, on me demande, « Ah, vous êtes danseur ? » « Chercheur sur le bal » ? Difficile de faire carrière avec un truc pareil, à moins de devenir conférencier gesticulant peut être ?

    Durée : 1h20
    Public : tout public
    Contact : 06.81.27.24.55 – christophe.apprill@orange.fr

    Le/La gesticulant.e

    Je suis danseur. Danseur de tango, car personne n'est parfait. Dans une autre vie, j'ai dansé en tant qu'interprète dans des compagnies de danse contemporaine. Géographe de formation, je me suis orienté vers la sociologie pour trouver des outils appropriés pour étudier les danses sociales. J'ai progressivement découvert qu'il était délicat de faire carrière en travaillant sur ce type d'objet, que l'on qualifie d'illégitime en sociologie. Derrière ce terme se trouve un foisonnement riche et complexe de formes de mépris social dirigé vers les danses et les danseurs populaires. Mais dans la grande famille des danseurs, des "vrais", les contemporains, tout comme dans celle des chercheurs en danse, règne une espèce d'omerta à ce sujet. Comme dans toute famille, certaines questions demeurent tabous. Mais pour les chercheurs en danse, cette question du mépris n'est-elle pas une manière de dissimuler l'enracinement historique de la danse contemporaine dans l’avènement du néolibéralisme ?

    Site web

    Le site : socioformation.fr/

    Galerie Médias

    Contacter Christophe APPRILL

    Remplissez ce formulaire, puis cliquez sur ENVOYER