Archives de catégorie : Éducation

« Quand on veut on peut » – Pour en finir avec la méritocratie

Une conférence de Lola GUILLOT

unnamed

Est-ce que l’ascension sociale et le succès s’obtiennent vraiment par le mérite ? Est-ce que le rêve américain du type qui se construit à partir de rien, et qui devient à la sueur de son front un grand de ce monde n’est pas qu’un mythe ? Est-ce qu’un système scolaire méritocratique permet de donner des chances égales à tout le monde ? Est-ce que ce système est compatible avec l’idéal démocratique défendu dans notre société ? Continuer la lecture de « Quand on veut on peut » – Pour en finir avec la méritocratie

« Vous êtes l’élite de l’élite de l’élite de la France »

Pourquoi je refuse mon diplôme d’ingénieur

Une conférence de Mathieu DALMAIS

Quelle place pour la technique et ceux qui la mette en œuvre dans la société? Quand son enseignement a pour objectif principal de formater des étudiants aux besoins de l’industrie et d’introduire dans la classe des cadres, l’intérêt général et autres enjeux démocratiques ne sont pas à l’ordre du jour. Une déconstruction de l’identité de l’Ingénieur est nécessaire pour mettre la technique au service d’une émancipation collective.

Voici la seconde soutenance de mémoire – sortie trois ans après la fin de ses études, le temps d’assumer complètement et d’oser se lancer à raconter l’histoire – de Mathieu Dalmais , agronome non Ingénieur, dans laquelle il présente tout ce qui ne se dit pas lorsque l’on fait ses études : ce qui nous marque, nous forme et nous forge. Ce que l’on ressens, et ce que l’on pense franchement de ce qui nous entoure. Et qui est d’autant plus difficile à exprimer que cela se construit dans l’opposition à une institution. Mathieu a découvert à travers diverses expériences, notamment au sein d’Ingénieurs Sans Frontières, ce que le travail syndical signifie : travailler qui on est, ce dont on a envie, pour se forger nos contre-cultures et essayer de les mettre en débats face à la culture dominante. Il livre ici une présentation précise et radicale de l’identité de l’Ingénieur, sa construction au sein des écoles et notamment entre les élèves, et de la gouvernance de ces écoles publiques aux mains du Medef.

Très intéressé par les questions pédagogiques, enseignant un an en sciences de la vie et de la terre, Mathieu s’est beaucoup engagé au long de sa formation dans les instances qui régissent, officiellement du moins, les écoles d’ingénieurs. Horrifié par l’enseignement qu’il a reçu, et le fonctionnement du système école d’ingénieur, il a pu au sein d’Ingénieurs Sans Frontières et du programme « Former l’ingénieur citoyen » trouver les ressources pour analyser le fonctionnement du système « écoles d’ingénieurs », grâce à des échanges avec de nombreux·euses camarades et la réalisation d’une thèse sur l’institution école d’ingénieur. Engagé dans son école et au niveau national  pour contribuer à faire évoluer l’institution, il n’a finalement trouvé de quoi sortir de cette école la tête haute qu’en refusant son diplôme d’ingénieur. La conférence gesticulée « Vous êtes l’élite de l’élite de l’élite de la France » vient donc raconter ce parcours en école, pour déconstruire cette institution et inviter un public d’élèves ingénieurs de faire de même et promouvoir un document politique construit collectivement, le manifeste pour une formation citoyenne des ingénieur·es.

A partager avec toutes celles et ceux qui subissent la loi des Ingénieurs, aux premiers rangs desquels les ingénieur·e·s qui aimeraient pouvoir faire différemment ! Mais également avec les étudiant·e·s de l’université ou d’autres systèmes d’enseignements dont les réformes visent à copier la « réussite » du système école d’ingénieur.

Transclass Express

Conférence de  Maxime Mariette

Des classes sociales aux salles de classe ou comment l’école fabrique les cancres

 

Durant cette conférence gesticulée, Maxime nous parle son enfance d’ouvrier, de ses bêtises d’école et de la découverte de SES classes sociales.  Car il est ce qu’on appelle un transclasse, c’est-à-dire quelqu’un qui est passé d’une classe sociale à une autre. Il nous aide à comprendre ce que l’on apprend réellement à l’école et comment on l’apprend. De la reproduction sociale au mythe du self made man.
Continuer la lecture de Transclass Express

Un pavé dans la bulle

Une conférence de Jérémie LETORT

Un peu naïvement, et comme plein de gens, moi ce que je voulais c’était changer le monde !
Je me suis même dit que mon métier d’animateur socioculturel allait y contribuer.

Armé de bonnes intentions et de valeurs à défendre, pendant 15 années je m’en suis allé travailler avec les gens… pour finalement en revenir avec le sentiment de n’avoir pas changé grand chose.

Et si ce qu’il nous avait manqué tout ce temps c’était la subversion ?
Cette idée que nous devons véritablement mettre en mots et en actes notre résistance à la pensée dominante. L’historien François Cusset nous rappelle : “aucun progrès social ne s’est gagné par la discussion”. Et pas davantage avec des bonnes intentions et des valeurs…

Mais alors, pourquoi est-ce que ça n’est jamais allé de soi pour moi d’être subversif ?
Pourquoi est-ce que j’avais intégré l’idée que je devais rester neutre, que mon action ne pouvait pas être politique ?

Le temps de quelques bulles de savon, je partage du vécu et des réflexions sur les principes de rapport de force, de domination, de contrôle social, de syndicalisation… pour que, peut-être, politiser nos pratiques redevienne une évidence.


Cette conf’, c’est pour qui ?
Pour celles et ceux qui essaient d’agir, dans un cadre professionnel, associatif, syndical, informel.
Pour celles et ceux qui ont le sentiment de ne pas ou de ne plus agir. Parce que des choses ont été essayées mais ont laissé ce goût amer du « à quoi ça sert vraiment de faire ça ? ».
Pour celles et ceux qui souhaitent prendre plaisir à nourrir leur regard critique, tout simplement.

Pour accéder à toutes les informations sur la conf’, sur l’atelier et la faire jouer chez vous c’est ICI !

 

 

Autrices, lutteuses et poétesses remontent en selle !

Une conférence de Laure CLERJON

Ou comment l’expérience de la non-mixité nous transforme …

Dans cette « conférence gesticulée », Laure nous raconte comment sa rencontre avec le féminisme dans les années 90 a bouleversé sa compréhension du monde. Continuer la lecture de Autrices, lutteuses et poétesses remontent en selle !

Héritage(s) au pays de l’éducation populaire : Que reste-t-il de nos colos?

Une conférence gesticulée de Alice Trolet

Dans cette conférence gesticulée, je vous parle d’Héritage-S : familial, politique, collectif ou imaginaire… des valeurs humanistes de ma mère et de ma grand-mère, de mon contexte personnel aussi, qui m’ont amenée, pas à pas, sur le chemin des colonie de vacances…

Et puis, je vous parle d’Alice… et de mon pays des merveilles à moi : l’éducation populaire !!! C’est en retraversant le conte de Lewis Caroll, que je vous ra-conte ma propre aventure dans ce champ professionnel si particulier qu’est l’animation socioculturelle.

Aussi, je questionne dans cette conférence, l’éducation populaire et son évolution, qui  portent selon moi – pour chacun et chacune d’entre nous – un imaginaire bien particulier : héritage de notre vécu, de nos perceptions et de nos utopies personnelles sans doutes…

Entre histoire, théâtre et politique : Que reste-t-il de nos colos ? après plus de 150 ans d’Histoire républicaine… et libérale !

Parce que mon expérience au sein d’une fédération nationale d’éducation populaire m’a permis de comprendre qu’elle ne se situe pas – ou plus ?! – là où l’on nous dit qu’elle est !…

Je cherche ici, à soulever les lièvres – ou les lapins blancs !!! – qui nous font miroiter des valeurs démocratiques et d’émancipations alors que le rôle de ces associations a profondément changé depuis leurs créations…

Malgré des peurs, des doutes et quelques moments de solitude, je vous livre donc mon analyse sur les pratiques internes d’une structure – une institution – qui  joue sur nos espoirs et utopies pour mieux nous manipuler et nous diviser…

Pour autant, l’éducation populaire reste selon moi un outil d’émancipation incontestable, et c’est à nous de nous le réapproprier et en faire ce que nous souhaitons…