Une autre Histoire

L’histoire, c’est son dada ! Jean-Philippe Smadja monte sur ses grands chevaux et se prend pour un chevalier. Sa mission ? Redonner du sens à l’Histoire, cette matière si propice à éveiller l’esprit critique.

En 2015, Jean-Philippe Smadja présentait « La Décroyance », premier volet d’un triptyque de conférences gesticulées traitant du savoir et ses transmissions/manipulations. Avec ce nouvel opus, il s’attaque à l’analyse des mécanismes d’élaboration du programme scolaire d’histoire et de ses enjeux politiques.

L’Histoire à l’école est la seule matière scientifique mise sous tutelle politique. Les enseignants sont mis en tension. D’un côté, des attentes ministérielles très exigeantes, de l’autre les attentes de la société et celles des élèves.

L’étude des manuels récents interpelle. Pourquoi demeurent sous silence les luttes ouvrières, les personnalités féminines ou ethniques ? Que souhaite-t-on lorsque le fait religieux envahit les manuels alors que disparaît l’histoire quotidienne et sociale des humains ? En fouillant ce qu’il appelle les « poubelles » de l’Histoire, Jean-Philippe Smadja se penche sur ces siècles ignorés ou dénigrés. Mais c’est en arpentant ces recoins – et notamment le Moyen Age – que l’on trouve les racines de notre société moderne.

L’ancien doctorant en Histoire des Sciences Religieuses, à la fois auteur et comédien, se consacre aujourd’hui à l’enseignement théâtralisé de l’Histoire. Dans le cadre de classes d’Histoire vivante qu’il anime, il côtoie chaque année des milliers d’élèves et des dizaines de professeurs. Nourri de ces rencontres, il construit ce deuxième volet d’une série de conférences gesticulées sur le contrôle du savoir et « espère ainsi faire sa part de transformation sociale ».

A propos de la conférence

  • Une conférence de
  • Durée : 1h30
  • Publics : collège (3ème) et lycées ; professeur.e.s du premier et second degré ; tout public
  • Année de création : 2019
  • Galerie Médias :