Aurélien PELLEGRINELLI

Aurélien PELLEGRINELLI - Conférence gesticulée "Dys-crédit sur la protection de l’enfance ..."

Thématique(s)

En bref

  • Durée : 1h30
  • Publics : Tout public
  • Création : 2014

Mots-Clés

Droits de l'enfant, Dyslexie, Éducation populaire, Émancipation, Enfance, Protection de l'enfance

Gesticulant.e

  • Localisation : 34090
  • Formation : L'Orage

==> Contacter Aurélien

Cahier de liaison d’un éducateur dyslexique sur les droits de l’enfant

Cette conférence gesticulée raconte une autre histoire des droits de l’enfant.

Dans cette conférence gesticulée, Aurélien raconte son histoire d’enfant et son quotidien d’éducateur pour nous amener à réfléchir à la condition des enfants et à notre rapport aux droits. A travers une analyse politique de son récit de vie, il nous propose de prendre de nouvelles lunettes sociales pour regarder différemment l’éducation, l’émancipation des mineurs et la dyslexie. Cette conférence qui navigue entre éduqué et éducateur est une occasion de mieux comprendre la marchandisation de la protection de l’enfance et l’arrivée du libéralisme dans ce secteur. Cette conférence donne un éclairage sur les enjeux de la participation politiques des mineurs au regard de la convention internationale de l’enfant.

L’éducation, c’est son quotidien depuis 30 ans, à la fois en tant qu’enfant et tant qu’éducateur. De la famille à l’animation et de l’éducation spécialisée à la formation des travailleurs de l’éducatif, il a été traversé et a cheminé avec cette notion d’éducation. Aurélien a même souvent été désorienté par celle-ci au point parfois à ce travail éducation.pelle

En lutte permanente contre le système, cet éducateur essaye de toujours faire différemment et tente d’accompagner des enfants aux cent noms ou sans nom. Il raconte ses expérimentations quotidiennes où il tâtonne pour créer des espaces de convergence avec la lutte des mineurs. Ces tentatives l’amènent à imager des espaces d’expression et d’analyse politique avec les enfants alors que lui-même est bâillonné par un système oppressant qui contrôle ses moindres faits et gestes.

Sa dyslexie, aussi nommé ambilexie, lui permet de nous proposer un dévoilement différent des mécanismes de domination vécu par les enfants et les travailleurs de l’enfance. A travers un aller-retour permanent entre son histoire d’élève dyslexique et son métier d’éducateur, il vient montrer que droit ne rime pas forcément avec émancipation. Il s’attèle à reconstruire du sens à l’expression et la participation des mineurs dans les structures éducatives.

Entre expérimentation et analyse collective, venez découvrir comment un colporteur dyslexique essaye de s’en sortir dans ce système d’oppression. Pour ceux qui n’ont jamais été ni éducateur ni enfant : cette conférence peut vous intéresser aussi …

Le/La gesticulant.e

Je joue ma conférence pour raconter mon histoire d'enfant, mais aussi celle de moi en tant qu'adulte qui tente d'éduquer les enfants. L’éducation, c’est mon quotidien depuis 30 ans à la fois en tant qu’enfant mais aussi en tant qu'éducateur. J’ai été accompagné par pléthore d’adultes, pendant les 18 premières années de ma vie. J'ai côtoyé mes parents, les beaux parents, les professeurs des écoles, les animateurs, les personnels de cantine, les éducateurs sportifs, les médecins scolaires, les enseignants ... La liste est sans fin et ils ont tous tenté de me transmettre des valeurs et une éducation.
Arrivée à l'âge de 16 ans, je suis passé de l’autre côté de la barrière, j'ai eu le droit d'accéder au pouvoir d'éducation sur les mineurs en passant le BAFA. Arrivant à la fin de mes années lycéennes, il fallait choisir une orientation, soit le projet parental, soit mes envies. L'animation volontaire ce n’était pas un métier pour mes parents donc j'ai fait très vite dû m'orienter vers un métier professionnel et un minimum reconnu : éducateur spécialisé. Au vu de mon parcours, je me suis spécialisé dans la protection de l’enfance. J'ai exercé ce métier durant quelques années, il m'a permis des rencontres d'enfants mais aussi d'adultes, de réaliser des tentatives pédagogiques et surtout de me forger un positionnement et un avis sur le sujet de la condition des mineurs.
En parallèle, l'éducation populaire m'avait donné le goût de la transmission et m'avait permis de prendre part à la formation de mes pairs donc des animateurs volontaire. Dans le même temps, j'avais envie d'avoir davantage d'influences éducatives sur les enfants, les équipes, donc je suis devenu directeur de séjours de vacances.
Au fur et à mesure, j'avais l'impression de mieux comprendre les enjeux de l'éducation, donc j'avais de plus en plus envie de pouvoir partager cette compréhension, donc, je suis devenu formateur de travailleurs éducatifs. Arrivé à un moment, j'ai compris que les système d'encadrement des mineurs et de protection des enfants n'étaient pas idyllique, et il m'a semblé urgent de venir raconter les raisons qui m'amenaient à penser que j'étais en garde à vue permanente au travail. J'ai commencé par construire une conférence gesticulée, puis je suis arrivée plu tard à franchir les portes de l'université alors que cette possibilité m'avait été enlevé dés l'école primaire. En rentrant par la petite porte à l'université, j'ai pu continuer mon travail de compréhension des rapports de domination adulte-enfant en réalisant un master en science de l'éducation.
Aujourd’hui, ça fait 14 ans que je milite autour des question d'enfance et dans l'éducation populaire politique. A travers ces expériences, je me suis forgé une pratique d’éducateur populaire et un esprit critique sur notre société. Depuis le début de mon parcours, je porte un vif intérêt sur la question des rapports de domination entre l’adulte et les enfants ainsi que les thématiques de la participation, de l’expression et des droits de l’enfant. Mes expériences militantes, professionnelles et mes études universitaire en science de l’éducation me permettent d’avoir acquis une multitude de grille d’analyse.
C’est ce parcours qui m’a donnée envie de construire ma conférence gesticulée. Elle est aussi traversée par mon ambilexie. En effet, il m'aura fallu 28 ans pour comprendre plus ou moins comment fonctionne mon cerveau. Cette ambilexie me permet d’intervenir avec mon imagination, mes codes, et ma singularité.
Aujourd’hui, j’ai décidé de travailler avec les enfants, les adultes, les éducateurs, qui souhaitent mettre les pieds dans le plat pour travailler et transformer les rapports de domination instauré avec les enfants. J'interviens dans toutes les structures qui souhaitent réfléchir ou s'orienter vers un travail social révolutionnaire, vers la pédagogie sociale, vers une pédagogique des opprimées.

Site web

Le site : upgclapas.wordpress.com

Galerie Médias

Contacter Aurélien PELLEGRINELLI

Remplissez ce formulaire, puis cliquez sur ENVOYER