De la fourche à la fourchette… Non ! L’inverse !!

Pour une sécurité sociale alimentaire

Par Mathieu Dalmais

Alors que les désastres écologiques, économiques et sociaux d’une agriculture industrielle ne sont plus à démontrer, les initiatives pour produire, transformer et consommer autrement fleurissent, des plus intéressantes aux plus détestables. Les tenants de l’agriculture industrielle argumentent qu’elle est nécessaire pour nourrir les pauvres, et se réjouissent d’une dualisation des modèles agricoles et alimentaires qui ne la remet pas en cause, et dont ils espèrent bien tirer profit. L’aide alimentaire, empêchant les plus démunis de mourir de faim, est construite comme un soutien financier et idéologique à l’agriculture industrielle, privant du droit à l’alimentation – bien différent du droit à être nourri – 4,8 millions de personnes en France. Il devient primordial de penser comment généraliser l’accès de tous et toutes à une alimentation de qualité et choisie, sans quoi toute transformation du monde agricole est impossible et toute agriculture paysanne restera contrainte à la marginalité ou à la récupération.

Le choix de ce que l’on mange est primordial pour assurer la dignité de tous et toutes. Le choix n’est pas qu’un mécanisme individuel parmi des produits proposés, quand bien même le critère économique ne serait plus un frein : le véritable choix est de pouvoir choisir ce qu’il y a dans les rayons, quelles sont leurs conditions de production, quels critères sociaux et environnementaux respectent-ils. C’est ainsi que l’on arrivera à l’idée de souveraineté alimentaire, décrite lors de la déclaration de Nyéleni en 20017 comme ceci : droit des peuples à une alimentation [suffisante] saine et culturellement appropriée produite avec des méthodes durables, et le droit des peuples de définir leurs propres systèmes agricoles et alimentaires

Et si l’on exerçait la souveraineté alimentaire grâce à une sécurité sociale alimentaire ? Au delà du constat, cette conférence permet également de présenter le travail de l’association « Agricultures et Souveraineté Alimentaire » d’Ingénieur Sans Frontière sur le projet de sécurité sociale alimentaire. Aidé par différents réseaux et notamment réseau salariat pour la compréhension des mécanismes de la sécurité sociale, ce projet propose d’étendre le principe de cotisation pour couvrir l’accès de tous et toutes à une alimentation de qualité choisie à la fois individuellement et collectivement par un fonctionnement démocratique. Un hommage à l’un des fondamentaux de l’égalité en France, qui ne demande rien de mieux pour être protégé que d’être étendu à d’autres secteurs !

Finalisée début 2019, cette conférence permet de présenter ces constats et réflexions en suivant le parcours de Mathieu, agronome militant, qui revient avec une seconde conférence gesticulée sur sa rencontre avec le sujet de l’alimentation au sein de la Confédération paysanne et des enjeux à partager avec tous et toutes.

A propos de la conférence

  • Une conférence de
  • Durée : 1h15 -1h30 suivant l'événement
  • Publics : Membres d'Amap ou de toute initiative de réappropriation d'une alimentation de qualité et de transformation de l'agriculture, personnes engagées dans des mécanismes d'aide alimentaire, groupes de réseau salariat qui souhaitent développer cette thématique
  • Année de création : 2019
  • Galerie Médias :

    Voici le lien d’une tribune publiée dans Basta qui présente le projet de sécurité sociale alimentaire, et une captation vidéo de ma première improvisation en juillet 2018 :