Archives par mot-clé : Travail

Travail libre, revenus de base et autres rêvolutions (TERMINÉE)

panneau-conf-gest-alem-alquier-2014

Cette conférence gesticulée, c’est des récits de (ma) vie, un débat mouvant, des théories plus ou moins révolutionnaires, des chansons, des jeux & acrobaties, un sketche en direct live et puis des surprises parce qu’on ne sait jamais à l’avance ce qui va se passer dans une conf … Souvent on rit, des fois on pleure !

Continuer la lecture de Travail libre, revenus de base et autres rêvolutions (TERMINÉE)

De quelle Humanité le Robot est-il l’avenir ?

Une nouvelle conférence de Philippe CAZENEUVE

A quoi ressemblera travail de demain ? Une société robotisée est-elle forcément une société déshumanisée ? L’inquiétude face à ses mutations à venir est-elle un truc de vieux cons ?

Continuer la lecture de De quelle Humanité le Robot est-il l’avenir ?

Risques psycho-sociaux : Attention danger !

Une conférence de Christophe ABRAMOVSKY

Les RPS, catégorie alibi ou émancipatrice ?

Dans cette nouvelle conférence gesticulée, il s’agit, sous une forme humoristique et décalée, de s’interroger sur le rôle réel des Risques Psycho-Sociaux (RPS) dans le cadre de la prévention des risques professionnels, sur leur fonction de dépolitisation de la question du travail et plus précisément de la santé au travail et sur les possibles à construire. Continuer la lecture de Risques psycho-sociaux : Attention danger !

Travail libéré, démocraties monétaires et autres rêvolutions

Une conférence d’Alexis LECOINTE

D’où ça vient, où ça va ?

Ma première conférence gesticulée, en 2013, le passé, c’était BASICONF : le socle de mes réflexions sur la société au travers des revenus de base. La future conférence gesticulée, pas encore écrite, le futur, ce sera FINICONF : sur la dépatriarcalisation, la fin d’une trilogie. La conf actuelle, le présent, c’est TRANSICONF : la transition entre les réflexions sur monnaie – travail et patriarcat – sexisme.

Continuer la lecture de Travail libéré, démocraties monétaires et autres rêvolutions

Inculture(s) 5 Travailler moins pour gagner plus

De et par Franck LEPAGE et Gaël TANGUY

Cette conférence évoque le potentiel d’action collective que recèle de « droit du travail » : processus d’avancée historique continue de la propriété collective des travailleurs contre la propriété lucrative du capital, symbolisé dans la protection sociale, que l’on veut nous faire passer pour des « charges » !!! Le salaire n’est pas le « prix » d’un travail (version de droite), mais un « barème » imposé par la lutte  (version de gauche), c’est à dire un rapport de forces par lequel nous obligeons un propriétaire à payer aussi du travail libre à d’autres que nous (retraites, chômage, maladie… et bientôt pourquoi pas la jeunesse, via un salaire universel qui nous délivrerait du marché de l’emploi subordonné) ? L’enjeu des retraites n’est pas financier (il n’y a aucun problème de financement des retraites) mais idéologique car ce sont les retraites qui sont en train de rendre visible que le salaire peut payer aussi du temps libre sans aucun danger pour l’économie. Il s’agit donc pour le capital de détruire toutes les formes de protection sociale issues de 1945 (sécurité sociale, retraite, conventions collectives, etc.). Pour y résister il faut des syndicats, c’est-à-dire d’abord et avant tout des syndiqués ! Réinventer le syndicalisme est le seul moyen.

Burn out.com : le management à contre sens.

Une conférence gesticulée par Arthur

« Prenez une jeune pousse et une bonne dose de « néo-management », arrosez d’un bon gros filet de précarité, évangélisez le tout, ajoutez quelques doutes, mélangez et laissez mijoter devant un écran 12h par jour. »

Comment je suis passé de la quête de reconnaissance à la quête de sens…Ou pourquoi il ne faut pas passer à coté de son burn out.

D’abord salarié puis entrepreneur, je parle de mes doutes et mon cheminement dans des « grosses boites » dans lesquelles j’ai beaucoup subi et parfois orchestré le management « à contre sens ».

J’évoque aussi mon métier : la conception logicielle. Et comment on est passé du logiciel au service de l’utilisateur au logiciel au service de la hiérarchie au préjudice des travailleurs et des ayants-droit.

Mon parcours

Avec un master en conception logicielle et un en management, je pars dans la vie professionnelle avec le nécessaire pour devenir un bon petit soldat du capital.

J’ai travaillé 10 ans dans la conception logicielle, en salarié puis très vite en « entrepreneur ». Je voyais dans ce statut un gage de liberté, j’étais pas au bout de mes surprises !

Ballotté au gré des missions et des exigences des clients, j’ai subit et constaté les effets dévastateurs de l’organisation du travail et du néo-management sur les collectifs et les individus.

D’abord écolo, il m’a fallu du temps et un burn out pour envisager que le « colibrisme » ne peut suffire à renverser le rapport de force dont la société a besoin.

Références

Mes sources « froides » sont surtout ces trois sociologues du travail:

  • Linhart Danièle,
  • De Gauléjac Vincent,
  • et Dejours Christophe.

Conférence gesticulée?

Mélange de tranches de vie, de savoirs froids, d’anecdotes et d’analyses personnelles, la conférence gesticulée est un format qui se veut simple, radical et percutant. Elle est (presque) toujours le fruit d’une remise en perspective profonde et d’une urgence à dire.

Véritable outils d’émancipation et d’éducation populaire, elle est aussi une affirmation de notre légitimité à nous ré-approprier la parole publique.

Parfois drôle, souvent émouvante, elle nous invite à partager un regard sur la société et à envisager des solutions collectives.

 

Oui, chef ? par Nicolas Michel ANDRE

Conférence gesticulée réalisée par Nicolas Michel André.

Thèmes : Management, domination, déresponsabilisation et contre-pouvoir dans les organisations.

La conférence gesticulée.

Cette conférence retrace en partie mon parcours vers les postes de management et les interrogations qu’elles ont fini par susciter chez moi. Elle invite a discuter ensemble d’alternatives aux modes d’organisations qui ont aujourd’hui cours dans les entreprises, mais aussi les associations et la fonction publique au niveau des relations interpersonnelles, de la culture d’organisation, et du système de production.

Sans juger chacun, je tiens à terminer cette conférence par une auto-critique et un appel à l’action, car il appartient aux citoyens d’avoir la volonté d’agir, car, comme disait Malesherbes, « Quand les abus sont accueillis par la soumission, bientôt la puissance usurpatrice les érige en lois »

Conférence réalisée avec la SCOP l’Ardeur, sous la direction de Franck Lepage, Thierry Rouquet, Katia Baclet et Anthony Pouliquen. Première jouée à la ferme-théâtre de Moulidars (16)

Mon parcours

Issu de la classe moyenne, j’ai grandi dans une ville moyenne bretonne où jusqu’au lycée où toutes les classes sociales se mélangeaient. Puis, j’ai intégré l’école de la réussite : classes préparatoires, grande école de commerce. Après une tentation en finance, j’ai bifurqué en supply chain, partant pour de nombreux pays, et témoin de quelques dérives. Je vous raconte aussi mon tiraillement actuel. D’une part entre ma vie et mes responsabilités familiales de mon milieu actuel. Et d’autre part la nécessité de mettre en accord mes aspirations hors du travail et mes pratiques quotidiennes au travail.

Longtemps centriste, social-démocrate, j’ai aussi milité (jusqu’à la candidature) pour la France Insoumise et continue encore aujourd’hui.

Père d’un petit garçon, je lui dédie cette conférence pour, peut-être, lui dire : « Papa ne sait pas s’il réussira, mais il aura vraiment essayé ».

Quelques sources de réflexion.
Sur le management au travail – source de mal-être et d’inefficacité :
  • Légeron P., Nasse P., Rapport sur la détermination, la mesure et le suivi des risques psychosociaux au travail, ministère du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité, 42, 2008.
  • Linhart, Danielle. le plus récent : La comédie humaine au travail. Eres. 2015
  • Boltanski, Luc et Chiapello, Eve. Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard.
Sur comment pense la classe dominante et la classe moyenne qui y aspire (grimpons l’echelle, tant pis pour les autres), source d’abus de pouvoir :
A propos de Novlangue, valeurs aspirationnelles :
Pour une meilleure vie au travail – au niveau interpersonnel :
Pour une meilleure vie au travail – au niveau des organisations :
Pour une meilleure vie au travail – au niveau de la société et l’organisation de la production :

Je travaille avec 2 ailes, une autre histoire de l’organisation du travail

Conférence réalisée par Emmanuelle Cournarie

Je suis sociologue du travail de formation et j’enchaîne les emplois précaires depuis 20 ans. Je  tire de mes recherches et de mon expérience du monde du travail un regard critique sur l’évolution du marché de l’emploi en France et plus globalement sur la centralité du travail dans notre société.

Dans le cadre de la conférence gesticulée, je montre comment la société néolibérale fait du travail un espace d’incohérence et de souffrance. J’observe comment nous créons des formes de résistance pour continuer à travailler. Je dévoile avec sensibilité comment je me suis autorisée à regarder cette souffrance après des années de consentement.

Mon regard se veut toutefois optimiste : grâce à mon expérience dans un réseau d’entreprises alternatives, le réseau REPAS, j’ai pu observer que d’autres formes de travail sont possibles, d’autres relations humaines dans le travail, d’autres manières de prendre des décisions, d’agir ensemble et de façon responsable pour le bien collectif. Le chemin est pourtant encore bien long pour nous libérer du travail…