Marie BÉDUNEAU

Marie BÉDUNEAU - Conférence gesticulée "Auto-Stop-Bure"

Thématique(s)

En bref

  • Durée : 1h15
  • Publics : Tout public, les enfants peuvent suivre aussi
  • Création : 2016

Mots-Clés

auto-stop, Bure, nucléaire, Rural

Gesticulant.e

  • Localisation : 55170

==> Contacter Marie

Pourquoi cette conférence ? Le nucléaire a beau être la fierté française, le sujet n’est en pas moins tabou. C’est un sujet qui semble d’un 1er abord réservé aux spécialistes. Alors comment peut-on refuser un projet d’enfouissement de déchets nucléaires et réussir à faire entendre sa voix quand on n’a pas le titre d’«expert.e» ?
Quelle légitimité ai-je à m’opposer au nucléaire si je ne suis pas scientifique ?

Souvent l’on m’a demandé ce que je « faisais » dans la vie, et souvent j’ai eu du mal à répondre à cette question. Cette question on vous la pose souvent en stop, par exemple. Ce qui est très agréable, d’ailleurs, de voir que l’autre s’intéresse à ce que vous faites. Mais quand je répondais «Je vis à la maison de résistance, à Bure », il fallait que je sois capable de justifier ce choix.

Alors, j’ai écris cette conférence comme une réponse !

Auto-Stop Bure est une conférence gesticulée où s’entremêlent anecdotes en auto-stop, expériences de vie à la maison de résistance, et travail de synthèse sur la situation à Bure et plus largement sur le nucléaire. Un regard plein d’humour sur ce qu’être militant.e au quotidien.

Le/La gesticulant.e

En 2012, je me suis installée à la maison de Résistance à Bure, lieu associatif de lutte contre l'enfouissement des déchets radioactifs. Assez rapidement, je me suis retrouvée sur des stands, ou à participer à des débats. Aussi, longtemps j’ai cru que mes arguments devaient être basés sur des chiffres, des faits précis. Mais ce n’est plus qu’avec des chiffres et des hypothèses scientifiques que j’ai envie de parler du nucléaire. J’ai envie d’en parler avec ce que je ressens, avec la colère qui m’anime quand je comprends tout ce que cela implique : exploitation des sols et des personnes dans les mines d’uranium, pollutions, ... Partant de mon histoire personnelle, et de comment un jour, j’ai commencé à me questionner sur le nucléaire, j’en arrive, petit-à-petit, à comment je me sens l’envie aujourd’hui de parler de tout ça, d’ouvrir des débats, et de manière plus générale, de la force de nos témoignages.

Galerie Médias

Contacter Marie BÉDUNEAU

Remplissez ce formulaire, puis cliquez sur ENVOYER